> Retour <

Le maintien de la biodiversité cultivée

Depuis les débuts de l’agriculture, il y de cela environ 10000 ans, les paysans ont pratiqué ce qu’on appelle la « sélection massale ». En pratique, cela signifie que lorsqu’un légume était particulièrement intéressant (belle taille, goût agréable, plant résistant...), l’agriculteur gardait des semences issues de ce plant et les utilisait de préférence aux autres pour la récolte d’après. A la récolte suivante, il gardait encore le plus beau plant pour faire ses semences et ainsi de suite.
 
C’est ainsi que l'homme a pu sélectionner, de génération en génération, des plantes particulièrement intéressantes d’un point de vue agronomique et gustatif, adaptées à un terroir donné. Des milliers d'espèces différentes étaient cultivées, chacune adaptée à un micro-climat et à un terroir donné.
 
Mais cette richesse et cette diversité se sont érodées avec l'industrialisation de l'agriculture: "trois quarts de la diversité génétique variétale des plantes cultivées ont disparu au cours du XXe siècle", selon la FAO. Là où seules douze espèces végétales et quatorze espèces animales assurent l’essentiel de l’alimentation, '' 10.000 espèces étaient cultivées dans le passé pour nourrir la planète''.
 
Face à cette dégradation dramatique des ressources génétiques disponible, c'est aux agriculteurs, à la population de s'investir pour conserver des espèces anciennes et en remettre la consommation au goût du jour.
 
C'est pourquoi nous voulons non seulement promouvoir et conserver des légumes anciens et locaux, mais nous invitons les habitants du Val d'Yerres à en faire autant.
 


l'Europe s'angage en Ile de France - Ville de Crosnes - Essonne active - Conseil gnral d'Essonne - Fondation Baudoux - Fondation solidarit Socit Gnrale - Fondation Veolia environnement - Fondation Vinci pour la cit - Ile de France - FSE
Abeilles Marachres 2018 - Tous droits réservés - Agence web -  Mentions légales -  Plan du site -  Contact